Nouveau spectacle en collaboration avec Pierrick Sorin. Création au Grand T à Nantes en octobre 2013 et en tournée en 2014/2015 | www.visiteursdusoir.com



FacebookTwitterLive Boutique


Création 2013
en collaboration avec Pierrick Sorin
Direction artistique Kitty Hartl
Lumières Rodolphe Letourmy

Production: Les Visiteurs du Soir

Coproduction: Anthéa, antipolis théâtre d’Antibes ; Théâtre d’Arras, Scène conventionnée musique et théâtre ; Célestins, Théâtre de Lyon ; Le Grand T, Scène Conventionnée Loire Atlantique ; TAP, Théâtre & auditorium de Poitiers, Scène Nationale ; Le Volcan, Scène nationale du Havre


Note d'intention

Pierrick Sorin
Projet de nouveau spectacle du "Cabaret Burlesque"

Dans le cadre du projet de renouvellement du spectacle du Cabaret Burlesque, mon intervention en tant qu'artiste vidéaste et scénographe répond à un objectif : apporter une valeur ajoutée au contenu et à la forme antérieure de ce spectacle.
Cette "valeur ajoutée" repose sur 2 types d'apports :
- un apport de créativité
- un apport de "modernité"

Précisons chacun de ces points :

Créativité :
Mon apport repose ici sur l'usage direct sur scène et "en live" de la vidéo non comme élément décoratif ou simple toile de fond, mais comme base même du scénario des numéros d'artistes. La vidéo est ici un élément vivant du spectacle car la création visuelle se fait sous le regard du public avec la participation directe de l'artiste en scène qui se mettra lui même en situation devant une caméra à vue.
L'utilisation de l'incrustation directe de l'artiste sur fond bleu, permet de créer des situations inhabituelles, inattendues, d'élargir le champ de l'imaginaire.
Ainsi une artiste pourra par exemple faire un strip-tease, très chaud, sur le brûleur d'une gazinière, visible sur scène et qui sera allumé par une de ses collègues (Ah non ! mauvaise idée... le feu sur scène nécessite des autorisations préfectorales difficiles à avoir...)
Mais enfin ça illustre le principe. Et on comprend qu' jeu scénique est ici induit par le dispositif destiné à la création d'image. L'utilisation de la vidéo directe permet aussi de séduire le public par le recours à des idées "astucieuses" qui pourront être d'autant appréciées qu'elles reposeront sur des mises en œuvres simples.
Le public, qui assiste à la fabrication des images est également mis en situation active (mentalement parlant) car il reconstruit lui même dans sa tête le processus de fabrication des images. Pour mieux appréhender ce que j'exprime ici je conseillerai de jeter un œil, sur le web, aux extraits de la Pietra del Paragone, opéra de Rossini que j'ai mis en scène en 2006.

Modernité :
Même si le recours aux images animées sur scène ne datent pas d' hier (premières expériences avec des projection cinéma dans les années 1930) et même si l'usage de la vidéo directe sur scène n'est en rien révolutionnaire, son usage (grâce aux technologies d'aujourd'hui qui permettent des effets spéciaux ou trucages en temps réel de plus en plus larges) confère encore au spectacle vivant un caractère de modernité en regard du "show basique" dépourvu de toute technologie. Pour autant je ne jouerais pas la carte du "high tech" affirmé, mais plutôt celle d'un bricolage d'apparence très simple, ou la naïveté garde droit de citer. Fidèle à mon goût du "cinéma premier", je pencherai légèrement du côté de Méliès.

Kitty Hartl, Directrice artistique et manageuse
Le Cabaret New Burlesque a été précurseur d'un nouveau genre de spectacle en France. Son succès n'est plus à démontrer. Mais je suis convaincue qu'il faut sans cesse se renouveler.
Le spectacle tel qu'il existe aujourd'hui pourrait se répéter à l'infini mais il aspire à de nouveaux challenges, sans perdre son identité. Je souhaite apporter un autre regard au cabaret new burlesque, celui d'un artiste contemporain.
C'est pour cela que j'ai choisi Pierrick Sorin, artiste vidéaste et scénographe reconnu.
L'univers très personnel de Pierrick est tout aussi généreux, libre, drôle et accessible au grand public que le cabaret new Burlesque.
Les deux univers cultivent la dérision, mélangent le premier et le second degré, l'engagement et la légèreté.
La personnalité de chaque artiste du Cabaret ne sera pas dénaturée, bien au contraire, elle gardera la même puissance sur scène. Je vois Pierrick Sorin comme le septième membre de la troupe, à part entière.
C'est pourquoi, je suis convaincue que cette fusion est faite pour s'entendre, se compléter mais aussi surprendre le public en éclatant les codes standard du burlesque avec le multimédia, en insufflant une modernité qui s'inscrit dans la continuité.

Les incroyables stars américaines burlesques du film "Tournée" de Mathieu Amalric sont de retour en tournée, viennent dans votre ville en chair et en os !
" Rendues célèbre par le film et glorifiées par la presse internationale, le Cabaret New Burlesque réinvente l'histoire de l'art du strip-tease et remet au goût du jour ce genre classique américain du 21ème siècle. En impliquant le public dans une expérience interactive, le spectacle crée l'opportunité pour le théâtre tout entier d'être emporté dans une tornade de performance d'avant-gardisme, de Rock 'N Roll, de sexualité crue, d'insinuations ridicules et de glamour exagéré."??
"Chic! Sauvage! Sexy!"
C'est le Cabaret New Burlesque!
Vive les filles révolutionnaires nues! Une armée de post-féministe armée d'amour, de joie et de faux diamants. Férocement drôle, cette troupe de 5 femmes étonnantes et un superman, sont héritiers d'une riche tradition américaine. Les artistes du Cabaret New Burlesques sont les meilleurs du Néo-Burlesque, chacun est innovateur de ce mouvement underground extrêmement populaire qui trouve de l'élégance dans l'absurde et de la poésie dans la culture populaire.
?Soyez prêt pour une expérience qui change la vie, que vous ne trouverez nul part ailleurs au monde.
Julie Atlas Muz, Dirty Martini, Catherine D'Lish, Kitten on the Keys, Mimi le Meaux, Roky Roulette : Cabaret New Burlesque !".


LES FILLES

From San Francisco...
Kitten on the Keys : délurée ! Elle est la maîtresse de cérémonie du Cabaret New Burlesque qu'elle mène tambour battant et émaille de chansons, accompagnée de son piano, de son ukulele ou de son accordéon...

From San Diego...
Mimi Le Meaux : cinématographique ! Dans la droite ligne des numéros des grandes strip-teaseuses des années 50, ses show sont très liés au rock garage, au punk et à l'esthétique des films de genre, de la série B à la série Z.

From New York...
Julie Atlas Muz : arty ! À la frontière du burlesque et de la danse contemporaine, son travail est célébré par la presse new-yorkaise : " Elle élève son art au rang de science. Simple, mais génial. " (Gotham) - " Une des artistes les plus adroite " (New York Times Magazine).

From California...
Catherine D'Lish a gagné une réputation de "virtuose de strip-tease" contemporaine avec ses spectacles exceptionnels et inventifs dans un style élégant et étrange.

From New York...
Dirty Martini : sensationnelle ! " Capable de jouer de ses formes callipyges avec l'aisance d'une ballerine " (Stéphane Davet - Le Monde), Dirty Martini revisite des routines classiques du burlesque avec une terrible grâce.

From San Francisco...
Roky Roulette : électrique ! Le seul stripteaseur sur bâton à ressort du monde offre une véritable performance physique avec une énergie et un enthousiasme communicatifs.


PRESSE

Elles sont incroyables, magnifiques, et inutile de préciser très affirmées dans leur humour et leur idées coquines. Ce sont les américaines du film "Tournée" de Mathieu Almaric, un énorme succès bien mérité. L'art pratiqué par la troupe n'a rien à voir avec le strip-tease classique. C'est inventif, déshabillé et même politique, elles savent comment ensorceler sans vulgarité. Non seulement elle nous stupéfient, mais elle nous font aussi parler, et c'est énooooorme! C'est comme rendre visite à ses meilleurs amis dont on aime voir les espiègleries. Encore!
Télérama Sortir - Rosita Boisseau

Antidote aux mannequins anémiés qui symbolisent l'artificialisation sinistre des défilés de mode, les filles du New Burlesque ont conquis le public français - avec l'aide du film de Mathieu Amalric, Tournée, qui leur était dédié, et (qui sait ?) du récent nanar hollywoodien Burlesque, avec Cher et Christina Aguilera. Assumant leurs formes indifférentes au bistouri, les plus si jeunes Mimi le Meaux, Kitten on the Keys, Dirty Martini et consorts refont donc un tour de piste avec un nouveau spectacle de strip-tease bon enfant. Une "réinterprétation du music-hall européen" telle qu'on l'a conçue aux Etats-Unis à partir de 1860 et qui, longtemps curiosité fanée, s'est commuée au début des années 2000 en divertissement à la fois accessible et branché, notamment à l'initiative de Kitty Hartl, l'ex-programmatrice du Lieu unique à Nantes, convertie en directrice artistique de la troupe.
Libération - Gilles Renault

Elles sont devenues des stars depuis Tournée, le film de Mathieu Amalric. Mais Mimi Le Meaux, Kitten on the Keys, Dirty Martini, Julie Atlas Muz, Catherine D'Lish et le seul homme de la troupe, Roky Roulette, s'accrochent plus que jamais aux planches. Leur spectacle mise sur le burlesque : effeuillage, bump and grind - version américaine de la danse du ventre - et tassel twirling - art de faire tourner le plus vite possible les pompons accrochés aux pasties, ces rondelles de tissus posées sur le mamelon et qui protègent d'une ancienne infraction à l'interdiction de se produire nue en public. Ces demoiselles ont l'aplomb des ­Salomé de saloon qui, mieux que Calamity Jane, injectaient naguère un peu de féminité dans la conquête de l'Ouest. Elles jouent aujourd'hui sur les codes de la société américaine qu'elles se plaisent à parodier : trop de glamour, de blondeur, de rousseur, et gags érotico-outrageous appuyés jusqu'à la caricature.
Le Figaro - Ariane Bavelier

Du strip-tease glamour, hommage aux années cinquante, pas très loin de l'image classique des pin-ups dont Betty Page fut l'une des représentantes, proposé par Evie Lovelle, à l'effeuillage tout de sensualité de Mimi Le Meaux au corps somptueux. Mais également l'humour trash et politique de l'incroyable et fellinienne Dirty Martini dont un des numéros est suffisamment explicite pour comprendre sans doute l'essence du New Burlesque et ses fondamentaux. Comment ne pas penser à Mae West dont elle est sans doute l'héritière. Julie Atlas Muz amène une bonne dose d'humour mais également de poésie. Et puis il y a un homme, Rocky Roulette. C'est toute l'ambiguïté du new burlesque qu'il amène sur scène. Se jouant des codes du strip-tease féminin qu'il s'approprie, du folklore américain traditionnel qu'il détourne, comme Dirty Martini, son numéro de cow-boy se termine sur une note singulière qui vaut mieux qu'un discours. Et tout cela est présenté sous la houlette de Kitten on the Keys, maîtresse femme et maîtresse de cérémonie à l'abatage incroyable, comme ses changements de costumes, et qui vous chauffe la salle à blanc entre deux chansons bien lestes. On hurle, siffle, tape des pieds et des mains. On s'amuse, certes, mais ce qui frappe c'est l'intelligence, l'engagement et le courage des ces performeurs qui se jouent de tout clichés pour poser la question de la place de l'individu dans la société présente, de sa liberté, avec pour seule arme leur corps nu en avant.? L'impudeur et le rire sont des armes redoutables.
Un fauteuil pour l'orchestre (radio) - Denis Sanglard

Version imprimable en FORMAT PDF

 



+ de photos téléchargeables en HD dans notre ESPACE PRO

 
 



Plus de vidéos sur le SITE OFFICIEL