LAETITIA CASTA & RAPHAEL PERSONNAZ

REPRÉSENTATION MONDE UNIQUEMENT (hors France, Suisse, Belgique)

 

PRÉSENTATION

En accord avec SIC (Scène Indépendante Contemporaine)

SCÈNES DE LA VIE CONJUGALE
Laetitia Casta
Raphaël Personnaz

Auteur : Ingmar Bergman

Adaptation : Jacques Fieschi et Safy Nebbou
Mise en scène : Safy Nebbou
Assistante à la mise en scène : Natalie Beder 
Scénographe et collaboration artistique : Cyril Gomez-Mathieu

« J’ai écrit ce film pour mettre de l’ordre dans mon immense placard bourré d’expériences diverses.» En 1973, Liv Ullmann et Ingmar Bergman sont séparés après des années de vie commune. Il écrit alors en quelques mois une chronique de la vie d’un couple, s’étendant sur une période de vingt ans : « Scènes de la vie conjugale.» Bergman livre ici le cœur flamboyant de son œuvre magnifique.

Tourné pour la télévision, « Scènes de la vie conjugale » comportait six épisodes de cinquante minutes. Pour sa sortie en salles, Bergman conserve la structure en six scènes mais supprime près de deux heures. Ces coupes renforcent le sentiment de huis clos.

Plus encore aujourd’hui où la relation amoureuse se comprend désormais en permanente opposition avec le besoin d’individualisation, les mots de Bergman résonnent remarquablement.

La pièce n’interroge pas le pourquoi, mais seulement le comment. Nous assistons à une éternelle séparation et à ce que ses modalités créent et détruisent. Il n’y a pas de réflexion à postériori, pas d’après-coup, juste le moment présent. Le dialogue est chirurgical, l’intrigue concentrée.

Le projet ici est de se consacrer à un théâtre de l’intime, de l’organique, de l’animalité, dépourvu de toute fioriture. Les corps qui s’attirent et se repoussent, le désir et le dégout, le sexe face à la trahison, le mensonge et les compromis, la solitude et le désespoir. Dans un lieu unique, un homme et une femme s’affrontent à « mots nus ». Ainsi naissent les scènes de la vie conjugales, proprement humaines, où chacun exerce son droit de parole, à mesure que les masques tombent, et qu’ils se blessent et se reconstruisent.

Un lieu unique et deux acteurs, donc. Le terrain de jeu est celui de la mise à nu pour faire surgir la vie « palpitante » dans toute sa puissance et ses contradictions. Le point de vue est à hauteur d’Homme, sans jugement, sans voyeurisme, chacun pouvant projeter sa propre expérience, nous pousserons au paroxysme la fonction cathartique du théâtre.

Derrière les masques de Marianne et Johan, Laetitia Casta et Raphaël Personnaz, au plus près d’eux mêmes, jouent à ne pas jouer. Dans une précieuse connivence, deux acteurs en mouvement où chacun prétend mener l’autre, le réduire à merci et le ramener dans le champ de son désir. Car vivre seuls leur semble insupportable, mais vivre à deux n’est pas aisé.

Le Jeu d’acteur est ici indissociable de la mise en scène. Les personnages naissent d’une rencontre entre l’acteur et le rôle, au delà de la parole, caractérisés par une mise en avant de la corporéité, brute et humaine. Des corps blessés et sauvages, fragiles et puissants qui s’aventurent sans détour à la recherche de l’amour absolu, de l’amour fou, de l’amour à bout de souffle.

Safy NEBBOU

BOOKING

Sophie Hossenlopp
booking@visiteursdusoir.com

 


Besoin d'un renseignement sur nos spectacles et/ou nos artistes ? Contactez-nous