GERARD DEPARDIEU

« Les confessions » / « Love Letters » / « La Musica Deuxième »
BIO

LES CONFESSIONS, Saint-Augustin

Saint Augustin, saint catholique du IVème siècle, nous a laissé une œuvre majeure, composée d’une pléiade de sermons, de lettres et d’écrits, et de ses fameuses « Confessions »…
Gérard Depardieu raconte : « Chez saint Augustin, j’ai seulement vu un homme qui avance, malgré tout, avec le poids de son passé, et qui prend la mesure des choses par la suite. Pourquoi toujours chercher à comprendre plutôt que d’être simplement touché ? La force de ces textes est dans la lumière qui s’en dégage, cette question éternelle qu’ils posent : que devons-nous faire pour essayer de devenir meilleurs ? C’est une réflexion, comme une communion, un acte gratuit, un temps de solitude avec soi-même. Pas un spectacle. »

LOVE LETTERS, A.R. Gurney

Phrases griffonnées sur des coins de cahier d’écolier, lettres d’amour d’adolescents, appels au secours d’adultes en proie au cours journalier des événements : Alexa et Tom relisent les lettres qu’ils se sont écrites au long de leur vie. Ils nous révèlent ainsi leur intimité et la complexité de leurs sentiments.

Et Gurney de maintenir le suspense jusqu’au bout quant à la relation entre les deux protagonistes.
Vont-ils se revoir? Vont-ils se marier?

LA MUSICA DEUXIÈME, Marguerite Duras

« Ce sont des gens qui se sont aimés et qui se sont séparés. Ils sont encore jeunes. Ils ont trente ans encore, trente-cinq ans. Ils ont lu sans aucun doute. Des diplômes aussi. Ils ont été bien élevés, ils le sont restés, ils en gardent cette élégance qui jamais ne se récuse. Ils sont de bonne volonté aussi, ils ont fait comme tout le monde, ils se sont mariés, ils se sont installés et puis voilà, ils ont été arrachés l’un à l’autre par les forces mauvaises de la passion. Ils ne savent pas encore qu’ils ont été « eus ». Ils sont à Évreux pour le dernier acte de leur séparation, celui du jugement de divorce. Ils ne savent toujours pas ce qui leur est arrivé. Ils sont venus chacun de leur côté pour se revoir une dernière fois, mais cela, sans presque le vouloir. Tous les deux dans cet hôtel de France pendant une nuit d’été, sans un baiser, je les ferais parler des heures et des heures. Pour rien d’autre que pour parler. Dans la première partie de la nuit, leur ton est celui de la comédie, de la dispute. Dans la deuxième partie de la nuit, non, ils sont revenus à cet état intégral de l’amour désespéré. » Marguerite Duras.

EN TOURNÉE

Nous contacter pour plus de renseignements.

BOOKING

Sophie Hossenlopp
booking@visiteursdusoir.com

Gerard-Depardieu


Besoin d'un renseignement sur nos spectacles et/ou nos artistes ? Contactez-nous